Les excursions 

Transports Maritimes vers les Iles de l'Archipel

guadeloupe/transports maritimes.png

 

et aussi :

 

guadeloupe/untitledtm.png


A ne pas rater en Guadeloupe


 En Grande-Terre 
 1) Commune du Gosier: 
- L'aquarium de la Guadeloupe
- Plage municipale (plage du bourg)
- Plage de Saint-Félix
- Visite de la mangrove, îlet Caret, îlet du Gosier etc.... avec KING
PAPYRUS, au départ de la marina de Pointe à Pitre Bas du Fort.
Vous pouvez aussi partir de Sainte-Rose avec Jean-Luc et Marie-Laure
par exemple, ou d'autres prestataires.
 - En réalité  à partir du Gosier il y aurait "Les Grands Fonds" à voir. Historiquement c'est là que les Matignons,
parmi les premiers blancs installés, pro-noblesse, venaient se cacher des "révolutionnaires" lors de la
révolution française et de ses différentes périodes. Les Grands Fonds doivent être représentés sans route, avec peu de chemin, en pleine jungle. Voila leurs cachettes !
Quelle merveilleuse histoire, celle de la Guadeloupe avec ses cinq siècles de vie française !
 

2) Commune de Sainte-Anne:
- Plage municipale
- Village artisanal
- Plage de bois-jolan (magnifique, mais il faut y aller à marée haute, c'est-à-dire avant 13h00, car à marée basse il n'y a quasiment pas d'eau).

En Basse-Terre la jolie

3) Commune de Deshaies: 

 

  • - Jardin Botanique (sur l'ex "colline Coluche
  • - Plage de Bas Vent dite "de la villa CoCo" (ex plage du Club Med !)
  • - Plage de Grande-Anse 
  • - Plage de La Perle 
  • - Plage de Ferry Leroux 

 

 

 
4) Sur la route des mamelles (aussi appelée "route de la traversée")

- Parc zoologique des mamelles
- La cascade aux écrevisses
- La mamelle de Pigeon (petite randonnée d'1 heure A/R)


5) Commune de Saint-Claude:
- Le volcan.
Belle randonnée. Il faut cependant que le sommet du
volcan soit totalement (15 jours par an en moyenne) ou partiellement ( 37
jours par an en moyenne) dégagé sinon cela n'a aucun intérêt
(brouillard).S'il ne fait pas beau sur le littoral, il ne fait pas beau sur la
Soufrière, c'est une règle immuable, en revanche qu'il fasse beau en bas
est une condition nécessaire mais non suffisante pour qu'il fasse beau
là-haut. Le volcan est visible de presque partout en Guadeloupe (je dis
bien "presque"). Si le sommet
n'est pas totalement dégagé (99% du temps), je vous conseille de
faire le tour du dôme, qui vous est proposé à mi-parcours de
l'ascension du dôme (indiqué par un panneau) et de ne pas continuer à monter.

Ascension + tour: 5h de marche au total.
Ascension uniquement: 3 h de marche au total.
Tour uniquement (ce que je vous conseille) dont le départ se situe à
mi-parcours de l'ascension (ascension interrompue): 4h de marche au
total.

Vous pouvez aussi aller contempler le cratère de la citerne :Au pied du
dôme, avant le début de l'ascension, prendre à droite sur le chemin
goudronné.


-La boucle de la grande découverte (4h de marche, c'est une boucle).
Le début de la trace se situe à proximité du parking de la maison
forestière de Matouba.
Attention, tout comme pour le volcan, il faut que le temps soit beau.


6) Commune de Capesterre-Belle-Eau

-La première chute du carbet (4h de marche aller-retour).

-La deuxième chute du carbet (50 minutes de marche aller-retour). La plus visitée des trois, 
 car ne nécessitant pas un temps de marche très  important, en revanche, 
contrairement aux deux autres qu'on peut approcher de très près et où l'on peut même
se baigner, on est contraint de l'observer à une distance de 200m, à
travers la végétation, donc bof bof.Comme pour la première, le point de départ de
la marche est accessible par le lieu-dit "Saint-sauveur".

-La troisième chute du carbet (2h de marche aller-retour).Le point de
départ de la marche est accessible par le lieu-dit "Routhiers". En cas
de doute, ne pas hésiter à demander aux locaux que vous rencontrerez et
qui se feront un plaisir de vous renseigner , mais le chemin est
"relativement" bien indiqué. La cascade est plus petite que les deux autres,
mais le débit est impressionnant, c'est la préférée.

- Le Grand-Etang
- La plage de roseau


7) Les Saintes (la troisième plus belle baie du monde): Terre-de-haut
ou Terre-de-bas. A 25 minutes de bateau au départ de la commune de
Trois-Rivières.Mais on peut également prendre le bateau depuis
Pointe-à-Pitre . 1 journée suffit pour visiter l'une des deux îles
(Terre-de-haut ou Terre-de-bas). Il vaut mieux commencer par
Terre-de-haut pour une première visite.


8) Marie-Galante (L'île aux superbes plages et au rhum à 59°)
-Plage de la Feuillère à Capesterre de Marie-Galante
-Plage de Petite Anse à Capesterre de Marie-Galante
-Plage de l'Anse Canot à Saint-Louis
-Plage de Folle Anse à Saint-Louis.
-Gueule Grand gouffre à Saint-Louis
-Visite d'une distillerie ou d'une rhumerie
Il faut également prendre le bateau (45 minutes de trajet). Il est
habituellement conseillé de consacrer au moins 2 jours à la visite de
cette île.


9) Commune de Saint-François:
- Plage des raisins clairs
- Pointe des châteaux (Monter jusqu'à la croix).
- L'anse à la gourde
- L'anse du mancenillier (sur la route de la pointe des châteaux)
- L'anse loquet (sur la route de la Pointe des châteaux, environ 400 m après l'anse du mancenillier, petite crique très mignonne).
- Les îlets de Petite-Terre, accessibles par bateau depuis St-François.
- Maison de la noix de coco (sur la route de la Pointe des châteaux).


10) Commune d'Anse-Bertrand:
- Pointe de la (grande) vigie.
- La porte d'enfer . N'oubliez pas de faire une ou plusieurs haltes au
bord de la route qui surplombe les falaises.
- La trace des falaises. ( Très belle randonnée qui dure 10h A/R si vous la faites dans sa totalité). Point de
départ: Porte d'enfer. Pour le départ de la trace, longer la
droite du lagon (où se trouve l'aire de pique-nique) jusqu'au fond.
Chapeaux, ravitaillement et beaucoup d'eau obligatoires, le soleil tape
par-là.
- Plage de la chapelle

11) Commune de Port-Louis:
- Plage du souffleur

12) Commune de Gourbeyre:
- Le bassin bleu , petite rando. Par beau temps, beau point de vue sur
la Soufrière et la Citerne au début de la rando.
A proximité de la mairie, prendre le panneau indiqué "Palmiste", ça
grimpe sec pendant une dizaine de minutes, arrivé sur le plateau du
"palmiste", vous aurez une vue sur la Soufrière et un peu plus loin un
panneau indiqué "Bassin bleu", le bassin bleu est à une 1/2 h de marche
au départ de la marche.


13) Commune de Petit-Bourg:
-Saut de la lézarde, petite rando (avec à l'arrivée une jolie cascade)
dont le départ se situe au lieu-dit "Vernou" (50 mn A/R).

-Parc floral et animalier de Valombreuse (un peu moins intéressant que
celui de Deshaies mais avec un restaurant super sympa situé en pleine
nature, cadre très agréable).


14) Ville de Pointe-à-Pitre:
-Le marché central et de manière générale, toute la rue Frébault avec
ses divers magasins (objets souvenirs ou artisanaux) et son atmosphère
très animée.


15) Commune de Sainte-Rose:
-Le saut des trois cornes, randonnée botanique en forêt tropicale
humide, 5h A/R. Le départ de la marche se situe dans les hauteurs de la
commune, au sommet du lieu dit "Sofaïa".
-Le musée du rhum
-Le domaine de Sévérin
-Plage de Cluny (la houle est souvent forte donc la baignade pas
toujours possible, mais le site mérite au moins une photo).

16) Ville de Basse-Terre:
-Le marché.

17) Commune de Pointe-Noire
-Le saut d'Acomat.
En cas de doute, ne pas hésiter à demander aux locaux
que vous rencontrerez et qui se feront un plaisir de vous renseigner ,
mais le chemin est "relativement" bien indiqué.
-Plage de Petite anse
-La maison du bois
-La trace des contrebandiers (randonnée de 7h A/R). Vous pouvez très bien n'en faire qu'une partie.
-La trace Belle-hôtesse (randonnée de 3h A/R).

18) Commune de Trois-Rivières
-Plage de Grande-Anse
-Parc archéologique des roches gravées.
-Musée de la banane

19) Commune du Moule
-Plage de l'autre bord


Voilà pour les visites.

Important: Plein soleil, chaussures de randonnées, un sac à dos 
dans lequel vous mettrez une quantité suffisante de nourriture et
d'eau, sont le minimum requis pour randonner sereinement.


Islander post Du Routard en 2008

 

 

guadeloupe/la recherche insect ecran.jpgINSECT ECRAN 

CONTRE les moustiques, maringouins, yenyen, cousins, 

mystères de la nature,...la meilleure formule en pharmacie

Les Saintes jolies 

guadeloupe/les saintes.jpg

Pour y aller de  DESHAIES Bas Vent :

En voiture aller à Trois Rivières puis (aprés s'être quand même renseigné) :

Il y a plusieurs bateaux qui partent pour les Saintes : à 8.00 h le matin (SMIS) puis à 9.00 h (Brudey + Deher)

et le dernier vers 9.30 h (SMIS).

Pour le retour, il en va de même : 14.45 h (SMIS) 15.45 h(Deher et Brudey) et 17.15 h (SMIS).

Mais aussi :

vous pouvez bénéficier d'une réduction importante (15 € au lieu je crois de 22 €) en utilisant le bon de réduction

que l'on trouve dans la brochure "réductions" à demander à n'importe quel office de tourisme (cette réduction

fonctionne avec une seule compagnie dont je ne me rappelle plus le nom... mais c'est précisé dessus).

Attention, prendre autant de brochures que de passagers !

En arrivant, louer un scoot ou partez en visite guidée et commentée dans des petits bus, (le faire à pied c'est plutôt dur),

les chauffeurs vous accostent sur le quai à votre arrivée, surtout faite la visite du Fort, profitez de la plage de Dompierre ,

Revenez tranquillement par le bateau départ vers 16h.

Un "routard" a dit mais bon ... ? : " je ne conseille pas le restaurant "douceur de l'île" p.248 du guide car l'accueil a été plus que froid et le

poisson à mon avis du surgelé ! Bonne balade !" 


Bonne journée aux Saintes !

 

Marie Galante 

 

Tout d'abord "jeter un oeuil" à la galerie du Routard pour vous donner à rêver aussi ...

http://www.routard.com/guide_voyage_lieu/2300-marie_galante.htm

Ensuite le site de Marie Galante 

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/sejourner/comment-venir

Sans commentaire aucun n'est-ca pas ?

Bon, comment s'y rendre ... et bien encore la même adresse avec simple conseil

de prudence, téléphonez avant pour être certain de tout :

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/sejourner/comment-venir

 

Où s'y loger  :

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/fr/sejourner/se-loger

 

 

Votre Deshaies Petit Bas Vent Guadeloupe

Dans le Nord de la Guadeloupe et lové au cœur d’une baie protégée par les montagnes DESHAIES bénéficie d'un cadre superbe.  Fier de ses valeurs culturelles aux origines très diverses, le peuple guadeloupéen possède une forte identité qu’il conserve farouchement.  L’histoire du département est à revivre à travers ses différents monuments tels que l’ancien monastère Saint-Antoine, l’habitation Mamiel, ou encore la Maison Petrelluzi qui sont tous protégés au titre de « monuments historiques ».  

La côte Sous le Vent, sur laquelle se trouve Deshaies, est la côte la moins peuplée de la Guadeloupe. Il est encore possible de se retrouver seul sur ses plages de sable fin ! Abrité des nuages, qui restent accrochés à la Soufrière, ce village est considéré comme l’un des plus beaux des Caraïbes. Pas de grandes constructions en béton qui bloquent le front de mer; ici, les gîtes et les locations sont à échelle humaine, et beaucoup sont tournés vers l’écotourisme et le développement durable. Les plages sont propres et les habitants y tiennent !

La Guadeloupe est, dans nos cœurs, cette île aux belles eaux des tropiques, au doux parfum de canne à sucre, de rhum et de bananes. Basse-Terre domine les îles avec sa Soufrière, toujours menaçante. La rivière Salée qui la sépare de Grande-Terre, presque ingrate et aride, semble parfois bien plus immense que l’océan qui la relie à sa métropole…Offrez-vous quelques jours de détente dans une jolie maison louée pour les vacances dans l’un de ces paysages aussi bien variés que contrastés.

La côte occidentale abrite par exemple de paisibles anses aux plages de sable blanc. Plus fréquentées, les plages de Grande-Terre, protégées par les récifs coralliens, s’étalent dans les grandes stations balnéaires de la « Riviera ».

La température de la mer, 28°C, fait de la Guadeloupe un cadre idéal pour les activités nautiques telles que la baignade, le surf, le ski nautique ou encore les bouées tractées. Le « papillon » était le paradis de la biodiversité, de la forte naturalité et des espèces endémiques. Pour les amoureux de la nature, la forêt tropicale et le massif montagneux de la Basse-Terre, protégés dans le cadre du Parc national, est une aubaine.

Les plages sont bercées par le zouk, chantre de ce métissage musical et chanté par les Kassav, Zouk Machine, Francky Vincent, etc. Le Gwo Ka, une musique traditionnelle, le quadrille et la biguine, des danses de couple impressionnantes, sont pratiqués partout dans les villes.

Mêlant diverses essences tropicales, le parc s’étend de la mangrove, avec sa forêt de palétuviers, aux sommets formés de savanes de mousses et de lichens, en passant par la forêt dense et luxuriante intermédiaire. La réserve est dominée par la Soufrière, actuellement à l’état de repos éruptif. Accédez au sommet de la vieille dame via des circuits de randonnée pédestre.

Lors de son arrivée à Basse-Terre, Christophe Colomb a rendu hommage à la Vierge, la « Virgen de Guadalupe », pour son aide à la découverte de cette nouvelle terre. 

Destination plutôt paisible, la baignade et la promenade y sont les deux activités les plus prisées. Avec le Parc National de la Guadeloupe juste à côté, n’oubliez pas vos chaussures de marche ! Forêts primaires et paysages à couper le souffle vous attendent. Ne manquez pas ce voyage extraordinaire à flanc de montagne, qui vous emmènera sur le plus haut sommet de l’île, celui de la soufrière. Et pour les plus aventureux d’entre vous, un club de plongée est disponible sur le bourg, proposant aux amateurs comme aux inconditionnels des promenades sous-marines des plus surprenantes.

Du côté des plages, 6 se trouvent dans les environs du village, et toutes proposent une eau turquoise, du sable blanc et des cocotiers ! De quoi passer des vacances on ne peut plus relaxantes sur l’un des plus beaux littoraux de l’île. De plus, des festivals et animations sont organisés chaque année sur la côte, comme des soirées de Gwo-Ka (percussions Antillaises) ou le festival du Bokit (un sandwich frit).

Profitez de votre location de vacances pour faire vos emplettes dans les épiceries du coin, vous pourrez y trouver de nombreuses spécialités guadeloupéennes, comme du boudin antillais !


Pendant votre visite à Deshaies, ne manquez pas :

- La manioquerie, qui propose tous les dimanches une dégustation de Kassav, des galettes au manioc. On y trouve également de la farine de Manioc.
- La montagne aux orchidées, qui propose une promenade à la découverte des plus belles espèces d’orchidées de la Guadeloupe. La maison coloniale se visite également.
- Le jardin botanique de Deshaies, qui abrite de nombreuses espèces de plantes et d’arbres parfois endémiques, et dont certains sont introuvables ailleurs sur l’île.
Le petit village de Deshaies est une destination soleil par excellence. En hiver comme en été, son sable sera toujours chaud et ses forêts toujours vertes. Venez vous reposer au son des vagues de la mer des Caraïbes lors de vos prochaines vacances au Paradis.

 

http://www.gitesdefrance-guadeloupe.com/nos-actualites2.html


    LES FÊTES EN GUADELOUPE

    Les fêtes de Guadeloupe sont chacune des moments de détente, d'amusement, de danse et de musique, chaque mois différents morceaux de vie guadeloupéenne rythmées par le gwo ka (tambour local) à ne manquer sous aucun prétexte !

    JANVIER :

    1er Janvier : Fête des Grands Fonds, à Sainte-Anne avec des courses de bœufs  tirant et remise des prix.

    29,30,31 Janvier : Fête de Pombiray à Saint-François, une grande fête indienne.

    FEVRIER

    Le Carnaval, il commence le dimanche de l'Épiphanie (1er dimanche de janvier).

    Les festivités les plus importantes se situent à Pointe-à-Pitre, mais le carnaval de Basse-Terre est peut-être plus authentique

    MARS

    05/03 au 08/03 : Les jours gras jusqu'à Mardi Gras

    Le carnaval est à  paroxysme, tout travail fait place aux défilés des groupes costumés de Carnaval passant dans les rues, chantant et dansant

    09/03 :  Mercredi des Cendres: lors d'un défilé nocturne funérailles et "Grand Brilé Vaval" (incinération du roi du Carnaval "Vaval")

    31/03 : Mi-carême - journée de répit pendant le carême. Jour férié. Vidé, parades en costumes rouge et noir

    AVRIL

    Début  Avril :  Fête de la Mer  à Saint François

    14/04 au 17/04 : 14ème édition du KARUJET, Championnat du Monde de RallyJet. Plage de Viard, Petit-Bourg.

    24/04 au 25/04 : Les Fêtes de  Paques : pique-niques traditionnels sur la plage

    24/04 au 25/04 : Fête du crabe à Morne à l'Eau, célébrée autour d'un pique-nique pour la protection de la mangrove où se reproduit le crabe.

    24/04 au 25/04 : Fête du cabri (chèvre) à la Désirade. Lors de cette fête le cabris (chèvre) est dégusté à toutes les sauces.

    23/04 au 01/05 : 12ème édition GUADARUN, raid aventure - 6 îles et  6 étapes

    MAI

    03/05 : Fête de Vieux-Habitants (Saint Joseph)

    03/05 :  Fête de Petit-Canal (Saint Philipp/Saint Jacques)

    27/05 :  Commémoration de l'abolition de l'esclavage. Jour férié, nombreuses manifestations à travers l'archipel

    JUIN

    02/06 :  Ascension. Jour férié. Traditionnels pique-niques sur la plage

    11/06 :  10ème Volcano Trail, grand raid international autour du massif de la Soufrière à Saint-Claude.

    11 au 13/06 :  Festival International de musique de Marie-Galante

    Juin  : Fête du Lamentin

    12 au 13/06 :  Pentecôte : Traditionnels pique-niques sur la plage

    21/06 : Fête de la musique. Manifestations et concerts dans tout l'archipel

    24/06 :  Fête de Baie-Mahault (St. Jean Baptiste)

    24/06 :  Fête du Moule (St. Jean Baptiste)

    29/06 :  Fête de Deshaies (St. Pierre et St. Paul)

    JUILLET

    01/07 au 31/08 : FESTIVAL DE LA GUADELOUPE, Manifestation annuelle (gastronomie, musique, promenades, fêtes traditionnelles)

    Juillet : Forum d'artisanat d'art et de traditions populaires de Sainte Anne

    Juillet :  Festival de Gwo-Ka de Sainte Anne, pendant une semaine,artistes connus et moins connus se produisent sur la plage et dans la rue centrale du BOURG.

    06/07 : Fête de Port-Louis (Notre Dame des 7 douleurs)

    26/07 : Fête de Goyave

    26/07 : Fête de Sainte-Anne

    26/07 : Fête de Capesterre de Marie-Galante

    AOUT

    06 au 15/08 : Tour cycliste de la Guadeloupe avec de nombreuses animations à chaque étape et une grande fête est organisé à l'arrivée à Pointe-à-Pitre

    Août : Festival de Musiques traditionnelles au Moule

    Août : Election de Miss Guadeloupe

    06/08 : Fête des cuisinières: les cuisinières, en l'honneur de leur patron, St. Laurent, portent des paniers de victuailles à la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul puis défilent dans les rues de Pointe-à-Pitre. Suit un banquet avec chants et danses ouvert à tout le monde.

    14 au15/08 :  Fête des Marins, Marina de Saint François

    15/08 : Fête patronale et fête des marins-pêcheurs aux Saintes,Terre-de-Haut. Messe des Marins, Procession, Bénédiction de la Mer

    15/08 : Fête de Grand-Bourg à Marie-Galante

    15/08 : Fête de Pointe-Noire

    15/08 : Fête de Trois-Rivières

    15/08 : Fête de la Désirade : la Fête des Marins

    15/08 : Fête de Petit Bourg

    17/08 : Fête de Capesterre-Belle-Eau (Saint Hyacinthe)

    23/08 : Fête de Sainte-Rose (Sainte Rose de Lima)

    25/08 :  Fête du Gosier (Saint Louis)

    25/08 : Fête de Bouillante (Saint Louis)

    25/08 : Fête de Saint-Louis à Marie-Galante (Saint Louis)

    28/08 : Fête de Saint-Claude (Saint Augustin)

    OCTOBRE

    04/10 :  Fête de Saint-François

    04/10 :  Fête de Basse-Terre, quartier St François (Saint François)

    09/10 :  Fête d'Anse Bertrand (Saint Denis)

    15/10 : Fête de Basse-Terre, quartier Ste Thérèse (Ste Thérèse)

    NOVEMBRE

    Novembre - Avril : Saison des combats de coq. Information: Office du Tourisme

    01/11 au 02/11 : La Toussaint - Jour des Défunts, jour férié. Les cimetières sont illuminés par des milliers de cierges

    11/11 :  Fête de Gourbeyre (Saint Charles)

    11/11 : Fête de Saint-Martin, Grand-Case

    22/11 : Fête de la Musique en l'honneur de sa patronne, Sainte Cécile. Concerts sur les places publiques et dans les églises

    30/11: Fête de Morne-à-l'Eau (Saint André)

    DECEMBRE

    Décembre : Chanté Noël. Soirées de chants de cantiques traditionnels de Noël dans les églises, sur des places de village....

    Décembre : Vieux-Habitants : Nwel kakado (du nom d'une petite écrevisse noirâtre des rivières, que l'on avait coutume de consommer à Noël) Cette Fête de Vieux-Habitants est la plus réputée dès le 1er vendredi après l'avant. Une fête, un grand moment de partage, une très ancienne tradition qui, depuis quelques années, connaît un franc succès.

    Décembre : Fête des quartiers de Pointe-à-Pitre. Concerts, shows, animations

    06/12 : Fête de Saint Nicolas à Terre-de-Bas / Les Saintes. Patron de la Commune.
    Messe des Marins, Procession, Bénédiction de la Mer

    08/12 :  Fête des Marchandes aux Abymes (Immaculée Conception). Procession des Marchandes. Info : Syndicat d'Initiative des Abymes

    10 au 11/12 : Festival Îlojazz, carrefour des musiques créoles. Concerts gratuits aux Abymes et Pointe-à-Pitre sur la place de la Victoire

    24 et 25/12 :  Réveillon de Noël. Repas traditionnel: riz et pois de bois, boudin, colombo de porc. Messe de Minuit (avec choeurs en créole dans certaines églises)

    28/12 : Fête des Saints Innocents. Messes traditionnelles pour les enfants qui apportent leurs cadeaux de Noël à l'église.

    31/12 :  Réveillon de la Saint-Sylvestre -

 

LA GUADELOUPE TOURISTIQUE

LE MAGNIFIQUE SITE DE LA VILLE DE BOUILLANTE : http://www.destination-bouillante.com/-A-visiter-Cote-sous-le-Vent-

guadeloupe/bouillante.jpg

QUELQUES HAUTS SITES PATRIMONIAUX

 

  • de l'habitation Joséphine à Matouba où alors qu'il était enfant, St John Perse venait passer ses vacances en famille,
  • à l’habitation Petit Parc, à St Claude, ancienne caféière datant de le 2ème moitié du XIXe siècle, dont l’importante restauration suivie par la DAC a permis de réhabiliter à l’identique l’ancienne demeure,
  • puis à l’habitation Bouvier à Baillif, un site d'industrie sucrière qui a conservé une exceptionnelle roue à aube en bois,
  • et à la cathédrale de Basse Terre, monument historique récemment restauré,
  • pour ensuite visiter le Fort Delgrès, site historique phare de la Basse-Terre,
  • et enfin le parc des Roches gravées, lieu unique et tout à fait exceptionnel d’art rupestre.

 

 

Lors de son arrivée à Basse-Terre, Christophe Colomb a rendu hommage à la Vierge, la « Virgen de Guadalupe », pour son aide à la découverte de cette nouvelle terre. La Guadeloupe est, dans nos cœurs, cette île aux belles eaux des tropiques, au doux parfum de canne à sucre, de rhum et de bananes. Basse-Terre domine les îles avec sa Soufrière, toujours menaçante. La rivière Salée qui la sépare de Grande-Terre, presque ingrate et aride, semble parfois bien plus immense que l’océan qui la relie à sa métropole…Offrez-vous quelques jours de détente dans une jolie maison louée pour les vacances dans l’un de ces paysages aussi bien variés que contrastés. La côte occidentale abrite par exemple de paisibles anses aux plages de sable blanc. Plus fréquentées, les plages de Grande-Terre, protégées par les récifs coralliens, s’étalent dans les grandes stations balnéaires de la « Riviera ». La température de la mer, 28°C, fait de la Guadeloupe un cadre idéal pour les activités nautiques telles que la baignade, le surf, le ski nautique ou encore les bouées tractées. Si les pesticides n’avaient pas fait tant de dégâts, le « papillon » serait encore le paradis de la biodiversité, de la forte naturalité et des espèces endémiques. Mais tout n’est pas encore perdu ! Pour les amoureux de la nature, la forêt tropicale et le massif montagneux de la Basse-Terre, protégés dans le cadre du Parc national, est une aubaine. Mêlant diverses essences tropicales, le parc s’étend de la mangrove, avec sa forêt de palétuviers, aux sommets formés de savanes de mousses et de lichens, en passant par la forêt dense et luxuriante intermédiaire. La réserve est dominée par la Soufrière, actuellement à l’état de repos éruptif. Accédez au sommet de la vieille dame via des circuits de randonnée pédestre. Fier de ses valeurs culturelles aux origines très diverses, le peuple guadeloupéen possède une forte identité qu’il conserve farouchement. Les plages sont bercées par le zouk, chantre de ce métissage musical et chanté par les Kassav, Zouk Machine, Francky Vincent, etc. Le Gwo Ka, une musique traditionnelle, le quadrille et la biguine, des danses de couple impressionnantes, sont pratiqués partout dans les villes. L’histoire du département est à revivre à travers ses différents monuments tels que l’ancien monastère Saint-Antoine, l’habitation Mamiel, ou encore la Maison Petrelluzi qui sont tous protégés au titre de « monuments historiques ».La cuisine guadeloupéenne est caractérisée par l’utilisation des épices, arômes et des produits agricoles comme la banane poyo, du fruit de l’arbre-à-pain, de gombos, et des produits de la mer… Le blaff est le plat le plus typique : poissons ou crustacés bien assaisonnés, épicés et aromatisé avec du bouquet garni, du piment, du jus de citron, et d’oignons

 

 

Article issu de WikiPedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tourisme_en_Guadeloupe

LA GUADELOUPE TOURISTIQUE

La Guadeloupe est une destination prisée pour le tourisme, pour ses plages de sable blanc ou de sable noir, ses cascades, ses musées, sa faune et sa flore, et ses nombreux sites à découvrir au hasard de la visite de certaines communes de l'île. La Guadeloupe offre aussi de nombreuses activités sportives, comme le nautisme, randonnées, découverte des fonds marins, pêche au gros, visite de Grand-cul-de-sac-Marin, etc.

Le tourisme en Guadeloupe est rendu attractif par la richesse naturelle de l'île, flore et faune, et aux moyens mis en place par le parc national de la Guadeloupe. L'activité touristique possède sa propre économie, essentiellement centrée sur une clientèle française1.

Les touristes qui visitent la Guadeloupe voyagent, pour la majorité d’entre eux, en famille, ils ne sont que 12 % à voyager seul contre 80 % à se déplacer en famille2.

Sommaire

 

  • 1 Contexte général

    • 1.1 Repéres géographiques

    • 1.2 Parc national

  • 2 La vie au quotidien en Guadeloupe

    • 2.1 Label de qualité touristique

    • 2.2 Fêtes et jours fériés

    • 2.3 Cultes

    • 2.4 Informations pratiques

  • 3 Déplacements et voies d'accès

    • 3.1 Transport aérien

    • 3.2 Transport terrestre

    • 3.3 Transport maritime

  • 4 Organisation touristique

    • 4.1 Les plus belles balades en Basse-terre

      • 4.1.1 La Soufrière

      • 4.1.2 La cascade aux écrevisses

      • 4.1.3 L'îlet Caret

      • 4.1.4 La cascade Acomat

      • 4.1.5 Les chutes du Carbet

      • 4.1.6 Le marché de Basse-Terre

      • 4.1.7 Les distilleries

      • 4.1.8 Les plages

    • 4.2 Les plus belles balades en Grande-terre

      • 4.2.1 Pointe-à-Pitre

      • 4.2.2 Sainte-Anne

      • 4.2.3 Pointe des Châteaux

      • 4.2.4 Le Moule

      • 4.2.5 Porte d'Enfer

      • 4.2.6 Pointe de la Grande-Vigie

      • 4.2.7 Morne-à-l'Eau

  • 5 Conjonctures touristiques actuelles

    • 5.1 Généralités

      • 5.1.1 Les touristes de séjour

      • 5.1.2 Les touristes hôteliers

    • 5.2 Enquête sur la fréquentation hôtelière

  • 6 Annexes

    • 6.1 Sources et bibliographie

    • 6.2 Notes et références

    • 6.3 Articles connexes

    • 6.4 Liens externes

Contexte général

Repéres géographiques

Ce territoire français des Antilles (mer des Caraïbes) se trouve à environ 7 000 km de la métropole, 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, à 600 km à l'est de la République dominicaine et à 950 km au sud-est des États-Unis.

La saison sèche dure de février à juin, avec des pluies éparses en montagne, et la saison humide de juillet à janvier, avec des pluies plus abondantes et risques de cyclones aux alentours de septembre/octobre. La température de l'air est agréable toute l'année, elle oscille entre 23°C en hiver et 32°C en été, celle de la mer entre 25°C et 28°C, l'hygrométrie moyenne est de 77 %3.

Parc national

Article détaillé : Parc national de la Guadeloupe.

Le parc national de la Guadeloupe fait partie, de même que ceux des Cévennes, des Écrins, du Mercantour, de Port-Cros, des Pyrénées et de la Vanoise, des sept parcs nationaux français.

Ce parc national est un territoire fragile, dont les remarquables paysages ainsi que la faune et la flore justifient des mesures de sauvegarde particulières. Le parc s'articule en deux zones : l'une centrale inhabitée, l'autre périphérique destinée à la mise en valeur de ses richesses naturelles, culturelles et économiques4. Le classement comme parc national entraîne une interdiction à l'exportation de végétaux récoltés dans ces zones, à l'exception de fleurs coupées achetées dans les points de vente agréés.

La vie au quotidien en Guadeloupe

Label de qualité touristique

Depuis 1998, un label de qualité « Marque de Confiance » est accordé par le Parc national de la Guadeloupe à certains professionnels du tourisme, qui s'engagent à valoriser le patrimoine naturel et culturel de la Guadeloupe et à exercer une activité à taille humaine, favorisant un accueil personnalisé, convivial et de qualité. Cette démarche concerne l'ensemble de la Guadeloupe et ses dépendances en quatre types d'activités  : hébergements, sites et lieux de visite aménagés, activités marines, et activités de pleine nature5.

Fêtes et jours fériés

Les jours fériés en Guadeloupe sont les mêmes que ceux de la France métropolitaine. Seules quelques fêtes supplémentaires sont commémorées, telles que :

  • Février : Carnaval, du dernier dimanche de l'Épiphanie au mercredi des Cendres.

  • 27 mai : Fête de l'abolition de l'esclavage

  • 21 juillet : Fête de Victor Schoelcher, ancien député de la Martinique et de la Guadeloupe.

  • Août : Tour cycliste de la Guadeloupe.

  • Août : Fête des cuisinières à Pointe-à-Pitre.

  • Août : Concours des bœufs-tirants.

  • Novembre à Avril : Combats de coqs.

Cultes

La population guadeloupéenne est en majorité catholique, ou hindouiste pour la population d'origine indienne, mais on trouve aussi des communautés juivesmusulmanesadventistesbaptistestémoins de Jéhovah, etc6. Les coutumes de l'île requièrent une tenue festive (endimanchée) pour assister au culte.

Informations pratiques

La langue officielle en Guadeloupe est le français, mais le créole est parlé par une grande partie de la population. L'anglais est seulement parlé dans les grands ensembles touristiques. L'indicatif téléphonique de la Guadeloupe est le 590 depuis les pays étrangers. Du département de la Guadeloupe (y compris les Saintes, Marie-Galante, la Désirade, Saint-Martin et Saint-Barthélemy), vers la Métropole ou un autre DOM, il suffit de composer le numéro national à 10 chiffres de son correspondant. Pour appeler l'étranger et les Territoires d'Outre Mer: préfixe international 00 + indicatif national7.

  • En Guadeloupe, il est déconseillé de s'allonger sous le mancenillier, sa sève provoque de graves brûlures (toujours signalés par une pancarte).

  • Certains poissons péchés contiennent des toxines qui provoquent la ciguatera.

  • L'oursin noir est toxique, seul l'oursin blanc est comestible.

  • Certaines rivières, véhiculent la larve de la bilharziose (généralement signalées)6.

Déplacements et voies d'accès

Transport aérien

  • Transport transatlantiques : Les compagnies Air FranceCorsairflyAir CaraïbesNeos, et XL Airways desservent la Guadeloupe.

  • Transport transamériques : Les compagnies Air Canada et American Airlines desservent l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes.

  • Transport inter-îles : Air CaraïbesAir Antilles Express, et Liat assurent les liaisons entre la Guadeloupe et la Martinique et les autres îles de la Caraïbe6.

Transport terrestre

La Guadeloupe «continentale» est constituée par la juxtaposition de l'île de Basse-Terre et celle de Grande-Terre, séparées uniquement par la rivière salée, un petit bras de mer, entre l'agglomération Pointe-à-Pitre/Abymes à l'ouest et la ville de Baie Mahault à l'est. Pour aller d'une île à l'autre, ce détroit est franchi par deux ponts autoroutiers : le pont de la Gabarre au nord, sur la route départementale D23, et le pont de l'Alliance au sud.

  • Autobus: plusieurs compagnies privées, partant de Pointe-à-Pitre ou de Basse-Terre, desservent toutes les communes. Horaires variables et arrêt à la demande6.

  • Taxis: les tarifs sont fixés par arrêté préfectoral : dès que l'on sort de la zone urbaine, les prix sont relativement élevés6.

  • Location de voitures: de nombreux loueurs, mais en haute saison (décembre - avril) il est préférable de réserver6.

Transport maritime

  • Départ de la Gare Maritime de Pointe-à-Pitre pour les Îles des SaintesMarie-GalanteLa Désirade, la Dominique, la MartiniqueSainte-Lucie8.

  • Départ de Saint-François pour Marie-Galante et la Désirade.

  • Départ de Trois-Rivières pour les Îles des Saintes.

  • Liaison régulière au départ de Marigot et Gustavia entre Saint-MartinSaint-Barthélemy et l'île néerlandaise de Saba8.

Organisation touristique

La Guadeloupe dénommée « l'ile aux belles eaux » présente une grande diversité de sites et de paysages sur une faible superficie, ce qui donne la possibilité de fractionner son séjour en plusieurs parcours pédestres, maritime ou routier. Ces parcours peuvent être organisés et découpés en plusieurs circuits qui se situeront soit sur l'île de Basse-Terre (montagneuse, riche en faune et en flore) soit sur l'île de Grande-Terre (région touristique, pourvue de grandes plages aménagées) qui toutes deux constituent le département de la Guadeloupe.

guadeloupe/bateau catamaran.jpg

Transport maritime

Les visites touristiques depuis la Guadeloupe vers les dépendances, Marie-Galante (au sud), les îles des Saintes (Terre-de-Haut et Terre-de-Bas) (au sud), la Désirade (à l'est), doivent être minutieusement préparées pour organiser l'aller-retour par bateau ou en avion. On peut y faire l'excursion à la journée mais ces îles constituent des destinations à part entières et nécessitent un séjour de quelques jours voir la semaine afin d'en profiter pleinement. Des hôtels, gîtes et chambres sont disponibles, par ailleurs il est conseillé de réserver au préalable. En saison, les Saintes connaissent une grande fréquentation compte tenu de leur notoriété. Possibilité de location éventuelle de véhicules ou scooters.

Les îles de la petite Terre, et les îlets du grand cul de sac marin (Carêt, Fajou) sont prévus en excursions à la journée. Ces îles sont désertes et ne disposent pas d'hébergements.

Les plus belles balades en Basse-terre

Article détaillé : Basse-Terre (île).

Points d'intérêts en Basse-terre.

Basse-terre est la partie émergée d'une chaîne montagneuse sous-marine, née de la rencontre des plaques tectoniques atlantique et caraïbes il y a 55 millions d'années. Sur cette partie de l'île, de nombreux sentiers de découverte aménagés et balisés sont proposés aux touristes amateurs de randonnées, pour leur faire découvrir une vie végétale et une vie animale inoffensive pour l'Homme, comme les grillons, les petites grenouilles, le Trembleur brun (Cinclocerthia ruficauda), les iguanes ou la mangouste9.

La Soufrière[modifier]

Article détaillé : Soufrière (Guadeloupe).

À l'assaut de la soufrière.

La Soufrière, 1 467 mètres d'altitude, baptisée « La vieille dame », est un jeune volcan de seulement 120 000 ans. Ses deux dernières éruptions importantes (1797 et 1976) ont été des éruptions phréatiques ; sa dernière éruption magmatique date d'une époque datée approximativement à 1440. Lors de l'éruption phréatique de 1976, près de 800 000 m3 de matériaux furent projetés, ainsi qu'une quantité importante de gaz toxiques tels que le sulfure d'hydrogène et le chlorure d'hydrogène10.

L'ascension de la soufrière débute par une randonnée au départ du circuit, mais demande de réaliser de la varappe pour gravir les 200 derniers mètres. Pour escalader le sommet, il est conseillé par mesure de sécurité de se munir de bonnes chaussures fermées, et d'un vêtement chaud pour se protéger du vent froid rencontré au sommet. Les sentiers balisés et entretenus restent tout de même pénibles à gravir pour les personnes peu entraînées à la marche physique, l'ascension durant plus de 3 heures11.

Les habitants de Saint-Claude viennent régulièrement honorer Notre-Dame de la Guadeloupe, installée au creux d'une niche aménagée au pied du volcan10.

Stèle du 2e régiment d'infanterie de marine.

Le pas-du-Roy, départ de l'ascension, est une voie pavée d'accès au dôme de la soufrière, seul chemin possible pour les randonneurs. Une stèle de 1887, témoigne des travaux du 2e régiment d'infanterie de marine qui créa la station d'acclimatation en aménageant des bassins de pierre pour les soldats souffrant de fièvre jaune, de typhoïde ou de dysenterie. Près de 40 000 personnes ont foulé ces pavés en 2007.

Les amateurs de nature pourront découvrir l'ananas-jaune montagne (Guzmania plumieri), le mangle-montagne (Clusia mangle), la siguine blanche ou philodendron géant bâtard (Philodendron giganteum), le fuchsia-montagne (Charianthus alpinus) et diverses fougères10.

La cascade aux écrevisses

Cascade aux écrevisses

Située sur la route des deux Mamelles, la cascade aux écrevisses est accessible par un chemin balisé qui mène jusqu'à la cascade, une aire d'observation en bois se situe en bas du sentier permettant une observation sans risque de glissade, à la portée des randonneurs accompagnés par leur famille. Le pique-nique y est autorisé, de même que la baignade dans la vasque naturelle creusée dans la pierre. Un plan descriptif du tracé ainsi que des espèces rencontré se situe au début du parcours, celui-çi coulé en bronze comporte les inscriptions en braille pour le non-voyants. Avec près de 200 000 visiteurs par an, la Cascade aux Ecrevisses est le site touristique le plus fréquenté de la Guadeloupe12.

L'îlet Caret

Article détaillé : Îlet Caret.

L'îlet Caret.

L'ilet Caret, banc de sable né en 1989 après le passage du cyclone Hugo-le-Terrible (dénommé ainsi par les Guadeloupéens), n'est accessible que par voie maritime. Des locations ou des excursions organisées depuis Sainte-Rose, Baie-Mahaut ou Deshaies, ont pour objectif de découvrir l'îlet, la barrière de corail et la mangrove. Autour de l'îlet, l'eau turquoise d'une profondeur de 80 cm laisse apparaître les fonds marins jonchés de coraux et de poissons multicolores, peu effrayés par les plongeurs. La barrière de corail, qui s'allonge sur 25 kilomètres, régule la houle et protège l'écosystème[réf. nécessaire]. Il est aussi possible de visiter l'île aux oiseaux ou des îlets du carénage, situés au Grand-cul-sac-marin, au large de Sainte-Rose. Cette baie protège une mangrove abondante enracinée dans la vase formée par l'accumulation des feuilles et des algues décomposées. Cette vase dégage un gaz méthane fétide. Peu d'animaux habitent cette végétation particulière : des huîtres (notamment Crassostrea rhizophorae, l'huître creuse de palétuviers) s'accrochent aux racines immergées et les crabes à barbe (Ucides cordatus) se nourrissent de feuilles de palétuviers13.

La cascade Acomat[modifier]

Article détaillé : Le saut de l’Acomat.

Cascade Acomat

Située sur la route Mahaut Pointe-noire, au lieu dit Les Plaines, avant la plage "Caraïbes", accessible par une route très accidentée, la cascade Acomat est accessible par un chemin non balisé sans trop de difficulté. Le pique-nique, non aménagé, est autorisé ainsi que la baignade dans la vasque naturelle creusée dans la pierre. C'est un lieu privilégié et convivial des guadeloupéens pour se regrouper en famille, et pour déjeuner à l'ombre de la forêt tropicale, lors des week-ends.

Les chutes du Carbet

Article détaillé : Chutes du Carbet.

Les deux premières chutes du Carbet

Le Carbet est une rivière qui dévale le flanc de la Soufrière. Sur son parcours, elle réalise trois chutes. La première, qui est la plus en amont, est à une heure de marche du parking. Située à 2 km en aval de la source, elle est haute de 125 m. La deuxième chute, plus en aval, ne se situe qu'à 20 minutes de marche du parking ; on y accède en traversant un pont suspendu. Haute de 110 m, elle présente à ses pieds un bassin d'eau chaude thermale. Et environ 200 m en aval de la deuxième chute, la troisième chute, d'une hauteur de 20 m, se termine par un bassin circulaire.
Le chemin le plus accessible est de traverser 
Routhiers et Petit Marquisat au départ du bourg de Capesterre Belle-Eau14.

Le marché de Basse-Terre

Marché de Basse-Terre

Le marché de Basse-Terre, bâtiment récent, n'a aucune curiosité architecturale à offrir au touriste, mais ce qui le caractérise, ce sont évidemment ses couleurs et ses senteurs d'épices, les marchandes qui vous interpellent en vous offrant quelques échantillons de leurs produits, sans oublier celles qui chantent sur un air de musique radiophonique.

Un peu d'histoire pour bien comprendre l'attachement des habitants pour ce marché, lien convivial et lieu phare de toute cette contrée : Le marché de Basse-Terre a fait partie des nombreuses destructions causées par le cyclone de 1928. Le 10 juillet 1929 le conseil général accepte la reconstruction de la bâtisse et, le 10 octobre 1930 le conseil municipal autorise le maire à passer un contrat avec le célèbre architecte Ali Georges Tur. Ce même conseil le 12 décembre 1932 considère que la ville est sans horloge, et prend la décision d'en construire trois sur prestation allemande, une à la mairie, une aux écoles et la troisième sur le marché. Les historiens localisent l'existence d'une geôle à cet endroit vers 1787, ce qui prouverait la présence du marché vers la fin du XVIIIe siècle15.

Les distilleries

Roue à aube du Domaine Séverin

La visite d'une distillerie de rhum permet de retracer trois siècles d’évolution des techniques de fabrication du rhum et de la culture de la canne à sucre par vidéo et visite guidée, souvent à l'aide d'un petit train.

En 1939, il y avait 55 distilleries en Guadeloupe. En 1954, il en restait 37 et depuis le début des années 1970, on en compte que 9. Le rhum de la Guadeloupe n’a pas d’appellation d’origine contrôlée. On distille des rhums agricoles et des rhums industriels plus bruts qu'en Martinique. On peut visiter des distilleries « fumantes » qui distillent et produisent du rhum pour plusieurs producteurs différents, et des « non-fumantes » qui possèdent une partie de leur exploitation de canne à sucre encore active, avec embouteillage sur place et des fûts pour faire vieillir ses propres rhums. Les propriétaires de ces distilleries ont souvent d'autres passions, tel que réunir quelques espèces d'insectes ou d'élever des ouassous (sortes d'écrevisses) dans des bassins aménagés, ou possèdent des parcs de fleurs tropicales, ce qui agrémente et termine la visite par une balade nature16.

Les plages

Plage de Sainte-Anne.

Les routes nationales N1 et N2 longent plusieurs plages de sable fin, à la couleur plus ou moins claire. Toutes ces plages sont bien entretenues et sont jonchées de cocotiers et raisiniers de bords de mer, qui créent les zones d'ombres nécessaires. Installés en bordure de plage, des restaurants, appelés « Lolo » par les locaux, des boutiques de vêtements, des artisans et des professionnels du nautisme proposent toutes sortes de services et activités sportives aquatiques (Jet-ski, plongée sous-marine..).

Les principales plages sont : Plage de viard, anse de sable de Morne-Rouge, plage de sainte Marie, la grande anse de Trois-Rivières, anse Turlet de Basse-Terre, Plage de Rocroy de Vieux-Habitants, plage de la pointe des Habitants, pointe de l'anse A-la-Barque, petite anse des Trois-Tortues, pointe à l'Abbé, pointe de Malendur, anse Caraïbe, anse de Baille-Argent, grande anse de Deshaies, anse de la Perle, plage des naturistes, anse du vieux Fort et pointe Nogent, au delà de Sainte-Rose, le Grand-cul-de-sac-marin, site protégé jusqu'à Baie-Mahault17.

Les plus belles balades en Grande-terre[modifier]

Article détaillé : Grande-Terre (Guadeloupe).

Points d'intérêts en Grande-terre

Plate et calcaire, La Grande-terre forme l'aile droite du «papillon» guadeloupéen, mais en est aussi la partie la plus touristique avec ses longues plages de sable blanc, ses villages de pêcheurs qui se transforment petit à petit en station balnéaire, ses golfs et ses casinos. Le littoral de la Grande-terre est jalonné de communes et sites pittoresques d'intérêt touristique. En quittant Pointe-à-Pitre en direction de l'est de l'île, on emprunte la "Riviéra" pour atteindre le Gosier. Poursuivant le périple, on traverse Sainte-Anne ; puis Saint-François ; la Pointe des Châteaux ; Le Moule, en remontant vers le nord ; le lagon de la Porte d'Enfer et la Pointe de la Grande Vigie, sur le territoire d'Anse-Bertrand ; Port-Louis et Petit-Canal, en redescendant à l'ouest ; Morne-à-l'Eau et les Abymes pour rejoindrePointe-à-Pitre et boucler la boucle.

Pointe-à-Pitre

Article détaillé : Pointe-à-Pitre.

La ville de Pointe-à-Pitresous-préfecture d'arrondissement départemental, est l'entrecroisement touristique de la Guadeloupe. Elle possède un port en eaux profondes au sud, et au nord partage avec la ville des Abymes l'aéroport international Pôle Caraïbes. Devenue ville industrielle à la fin du xixe siècle, elle loge plus du quart de la population de l’île18. Centre culturel de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre est un passage obligé pour les voyageurs. Tantôt anglaise, tantôt française par le passé, plusieurs fois reconstruite, la ville a longtemps été le poumon économique de l'île. Le touriste trouvera au syndicat d’initiative les guides des hôtels et restaurants, la liste des lieux à visiter, et le calendrier des manifestations culturelles de la ville19. Située à la croisée de la Grande-Terre et de la Basse-Terre, la ville mérite une petite promenade vers sa marina et sur les quais du port maritime pour contempler le petit Cul-de-sac marin et voir la foule pressée sur les billeteries en partance pour les îles de Marie-Galante et des Saintes.

Port maritime de Pointe-à-Pitre.

Sainte-Anne

Article détaillé : Sainte-Anne (Guadeloupe).

Inscription:
Victor Schoelcher
1804 - 1893
la race noire reconnaissante
.

Sainte-Anne est un petit bourg situé à l'extrême sud de Grande-Terre. En 1885, la région était essentiellement orientée sur la culture de la canne à sucre, comme en témoignent encore quelques moulins à vent. Actuellement la ville de Sainte-Anne, essentiellement orientée vers le tourisme, offre une grande plage de sable fin fréquentée par les habitants de la région qui viennent passer la journée en famille et par les visiteurs étrangers. Le touriste désirant rester dans la région trouvera des locations de bungalows, des villas, de nombreux gîtes, des locations de véhicules et de nombreuses activités de loisirs. La plage de la Caravelle qui se trouve hors du bourg est bordée de cocotiers. La plage du Centre-Bourg réputée pour des retrouvailles familiales le week-end, et la plage de Bois-Jolan aux eaux de couleur vert émeraude est ceinturée par la barrière de corail20.

Pointe des Châteaux

Article détaillé : Pointe des Châteaux.

Pointe des Châteaux.

La Pointe des Châteaux est un site qui se situe à l'extrémité sud-est de la Grande-Terre, et à 45 km de Pointe-à-pitre. Depuis les falaises, on peut voir les trois îlets ressemblant à des tours et une végétation sauvage et inhabitée, le tout balayé par un vent souvent violent. L'escalade de la « Grand-Croix », située à l'ultime Pointe des Châteaux, offre un panorama sur la Grande-Terre et si le temps le permet, sur l'île de la Désirade21.

Le Moule

Article détaillé : Le Moule.

Le Moule compte actuellement 8 047 habitants, et reste la seconde ville la plus importante de la Guadeloupe. Une fois franchi les écueils, son port maritime reste bien abrité du vent venant de l'océan Atlantique. Les navires au xixe siècle venaient là embarquer le sucre et le rhum, et débarquer des denrées, des engrais, du charbon et des pièces mécaniques pour le montage ou la maintenance desdistilleries22.

Porte d'Enfer[modifier]

Lagon de la Porte d'Enfer.

Le lagon de la Porte d'Enfer se trouve au nord de la Grande-Terre, entre Le Moule et la Pointe de la Grande Vigie, sur le territoire de la ville d'Anse-Bertrand. C'est un grand bras de l'océan Atlantique qui s’enfonce dans les terres en se rétrécissant, formant ainsi une plage protégée, à l'eau turquoise, chaude et limpide. Par le passé une arche naturelle à demi-fermée surplombait la porte qui s'est depuis effondrée lors du séisme de 1843. Ombragée par des cocotiers, la plage de la Porte d'Enfer est très prisée par les familles guadeloupéennes.
Tout au long de la falaise dominant l’océan, un petit chemin mène au 
Trou de Madame Coco (Créole Guadeloupéen: Tou a Man Koko), et plus loin au Trou du Souffleur, un geyser maritime qui a hérité son nom des sifflements provoqués par les vagues propulsées au travers de sa cavité rocheuse.

Pointe de la Grande-Vigie[modifier]

Article détaillé : Pointe de la Grande Vigie.

Pointe de la Grande Vigie.

La Pointe de la Grande Vigie située au Nord de Grande-Terre, est constituée de hautes falaises calcaires de plus de 84 mètres de haut, situées à 7 km de la Porte d'Enfer. En contrebas de ces falaises, se trouvent de nombreuses grottes marines creusées par l'océan, et également des grottes qui jadis abritaient des indiens Caraïbes.

Morne-à-l'Eau[modifier]

Article détaillé : Morne-à-l'Eau.

Tombe damier.

La commune de Morne-à-l'Eau est située entre la mangrove, les grands fonds et la plaine cultivée de canne à sucre. Le quartier des pêcheurs est le point de départ des bateaux touristiques pour la découverte des mangroves de Grand-Cul-de-Sac-Marin. Un canal qui porte le nom du gouverneur « Le baron des Rotours », relie la commune de Morne à l'eau au Grand-Cul-de-Sac-Marin. Sa construction achevée en 1829 a coûté la mort à une trentaine d'hommes libres et d'esclaves. Ce canal sert au transport de la canne à sucre, et à approvisionner l'usine de Blachet ouverte en 1869. L'église Saint-André, au centre ville, est l'une des sept églises construites en béton armé par l'architecte Ali Tur. Le cimetière, classé monument historique, et ses tombes monumentales aux décorations en damier noir et blanc, sont la plus grande curiosité de la ville.

Conjonctures touristiques actuelles

Article détaillé : Économie du tourisme en Guadeloupe.

Généralités

Points d'intérêts touristiques de la Guadeloupe.

En 2005, 525 000 passagers ont embarqué vers la France depuis l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes. Sur les 381 000 touristes retournant en métropole, 370 000 ont séjourné en Guadeloupe et 11 000 ont participé à une croisière. Ces visiteurs ont passé plus de 5 millions de nuits en Guadeloupe, soit une durée moyenne de séjour de 13 jours. Les 144 000 voyageurs restants sont à 70 % des résidents guadeloupéens23.

Sur ces 525 000 passagers :

  • 147 000 visiteurs sont logés par la famille ou par des amis (séjour moyen de 21 jours)

  • 84 000 passagers choisissent les séjours en location (séjour de 23 jours pour les retraités et 11 jours pour les exploitants agricoles)

  • 60 000 passagers choisissent de séjourner en gite (séjour de 17 jours pour les retraités et 10 jours pour les cadres supérieurs)

  • 90 000 passagers choisissent de séjourner en hôtel (séjour de 10 jours pour les retraités et 8 jours pour les cadres supérieurs, mais 1 jour seulement pour les adeptes des croisières).

  • 144 000 voyageurs embarqués vers la métropole depuis l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes sont à majorité des résidents guadeloupéens.

Les touristes de séjour

Air Caraïbes, compagnie aérienne régionale

Sur 147 000 visiteurs logés par la famille ou par des amis en Guadeloupe, 92 % résident en France et plus précisément en Île-de-France (32 %), suivie des régions Rhône-Alpes (7 %) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (5 %). Les ressortissants des autres pays d’Europe représentent 7 % provenant de l’Italie, de la Suisse, de la Belgique, de l'Allemagne, et du Royaume-Uni. Les professions libérales et les cadres supérieurs procurent plus d’un quart de touristes sur l'archipel (27 %), suivis des employés, policiersmilitaires (20 %), des professions intermédiaires (18 %) et des retraités (13 %)24.

Les touristes hôteliers

Les 90 000 touristes logeant à l'hôtel, sont en majorité des retraités et des cadres supérieurs, dont 46 % de français, et les 54 % restants sont soit étrangers, soit touristes à séjour court organisé lors d'une croisière.

Les touristes français préfèrent séjourner sur la Guadeloupe (16 %), et se tournent de plus en plus vers les hôtels de moins de 3 étoiles (38 %). Les touristes étrangers préfèrent séjourner sur les Îles des SaintesMarie-GalanteLa Désirade, (25 %), et choisissent les hôtels d’au moins trois étoiles (90 % d’entre eux)25.

Enquête sur la fréquentation hôtelière

1- source : Enquête de fréquentation hôtelière -Insee-Direction du Tourisme

2- source : Enquête de fréquentation hôtelière -Insee-Direction du Tourisme

3 - source : Enquête de fréquentation hôtelière -Insee-Direction du Tourisme

Le premier graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées par les clients dans les hôtels au cours d'un mois est faible. Sitôt arrivés sur place, les visiteurs privilégient l'hôtel mais, sur place, ils recherchent d'autres solutions tel que l'hébergement en gite ou éventuellement chez l’habitant.

Le deuxième graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées en 2008 par les touristes en Guadeloupe dans les hôtels est globalement en légère baisse par rapport à l'année 2007 écoulée.

Le troisième graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées par les touristes étrangers dans les hôtels sont depuis mars 2008 en hausse, ce qui confirme un accroissement significatif des nuitées passées sur l'archipel (12 % contre 3 %) depuis le mois de mai 2007.

  • Nuitées : Nombre total des nuits passées par les clients dans les hôtels au cours du mois : un couple séjournant 3 nuits consécutives dans un hôtel correspondra à 6 nuitées.

  • Durée moyenne de séjour : Rapport du nombre total de nuitées au nombre total d'arrivées de clients hébergés pour le mois concerné.

  • Part des nuitées étrangères : Rapport entre le nombre total des nuitées et le nombre de nuitées passées par la clientèle domiciliée à l’étranger, pour le mois concerné. 26

Ces trois graphiques montrent que la Guadeloupe est fréquentée essentiellement par des touristes français ayant de fortes attaches familiales dans le département, et est de plus en plus boudée par les français de la métropole, mais attire de plus en plus les visiteurs étrangers. Cependant, les structures touristiques visant l'accueil de la clientèle américaine, notamment l'hôtellerie de luxe, sont pratiquement inexistantes.

Annexes

Sources et bibliographie